Menu
Nature

Les plantes de ma vie

Comme Obélix, je pourrais dire que « je suis tombée dedans quand j’étais petite ». Dans le jardin de mes grands-parents déjà, j’allais d’eucalyptus en eucalyptus pour « les soigner » : je voulais être Docteur des plantes ! Il faut dire que chez moi, on aime les plantes. A toutes les fêtes d’anniversaire, les femmes de la famille recevaient des fleurs, un traditionnel bouquet de Glaïeul ou de Lys.

Mes grands-parents avaient, au centre-ville, un jardin bien arboré. Et ma mère, même en appartement, parvenait à entretenir ses fougères et à les rendre toujours très fournies et sans aucune feuille morte.

Mais entre les aimer et savoir s’en occuper, il y a tout un monde. Et je n’ai pas toujours eu la main verte.

j’ai installé chez moi un établi pour faciliter mes séances de jardinage

Le jardinage est devenu une évidence pour moi il y a 7 ans. Je résidais alors dans un pays reconnu grand exportateurs et qui innonde son marché intérieur de plusieurs variétés de roses, d’orchidées… et même de becs de perroquet.

Au début, c’était avant tout décoratif. il fallait casser la grisaille et faire joli au salon. Et puis, à force d’en avoir, j’ai appris à m’en occuper. Le jardinage – sans jardin ! – est devenu comme une évidence : plus je les comprenais et mieux elles me le rendaient.

Voyez-vous, quand on fait les choses de façon machinale, on passe souvent à côté de l’essentiel. Et à force de les inonder ou de les assoiffer, on ne parvient pas à se rendre compte de leurs véritables besoins qui ont autant à voir avec l’arrosage et la qualité du sol, qu’avec leur exposition ou non au soleil. OUI, il faut le savoir, si certaines plantes adorent les endroits ensoleillés, d’autres préfèrent ne pas être « sous les projecteurs » et cela, il faut en tenir compte pour leur donner les meilleurs chances de s’épanouir.

minielle Mansour

Pour une orchidée par exemple, l’orientation du pot et la fréquence d’arrosage feront une grande différence. Elle ne doit avoir ni trop froid, ni trop chaud et devrait être arrosée par les racines qui devront, selon les espèces, être bien aérées pour ne pas pourrir.

Pour d’autres plantes, comme mon Passion Caladium (sur la première photo), il faut un bain de au soleil en continu et un arrosage modéré, deux à trois fois par semaine, pas plus. Dans de telles conditions, elle vous surprendra (par la hauteur de sa tige et la couleur de ses feuilles) et remplira son pot en un rien de temps.

Et comme pour tout autre être vivant, les plantes se nourrissent aussi de contact et d’attention. Mettez-les en synergie avec d’autres variétés plutôt que de les isoler et vous obtiendrez encore plus de résultats.

Et vous, quelle est votre relation avec les plantes ?

1 Comment

    Leave a Reply

    This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.